DCA a assisté à la récente réunion AfrICANN qui a été convoquée le mardi 25 Octobre 2011

DCA a assisté à la récente réunion AfrICANN  qui a été convoquée le mardi 25 Octobre 2011 par la Task Force de l’UA sur DotAfrica pour discuter des propositions sur DotAfrica et formuler une stratégie de soumission sur le DotAfrica basée sur un agenda qu’ils ont déjà mis au point.

DCA avait honoré l’invitation par respect, d’abord pour les organisateurs, et le second, à utiliser l’opportunité d’exprimer ses objectifs organisationnels, et aussi d’exprimer son avis sur l’ordre du jour qui avait été présenté par les organisateurs de la réunion AfrICANN.
Par conséquent, DCA tient à réitérer ses positions quant à  DotAfrica sur le dossier
1) l’intention d’appliquer le DCA pour le gTLD de l’ICANN DotAfrica sur la base de lignes directrices du programme des nouveaux gTLD qui a été lancé par l’ICANN.

2) Le DCA est disposé à travailler avec toutes les parties  aussi longtemps que de tels arrangements n’affectent pas ou porter préjudice au droit de DCA à demander DotAfrica le cadre du programme de l’ICANN pour les nouveaux gTLD.

3) DCA reste engagé dans le processus de l’ICANN et engagera d’autres candidats potentiels à s’engager pleinement à la norme mondiale de l’ICANN qui est équitable et transparent.

4) La communauté Internet africaine ne devrait pas être considérée comme approuvant tout demandeur éventuel. Par ailleurs, il devrait y avoir aucune porte arrière-salle de décider qui doit faire quoi – jouer ce rôle, ou être responsable de ce que concernant le gTLD DotAfrica.

5) DCA reste farouchement opposée à la proposition lancée par le Moniseur Dandjinou Pierre pour la formation d’un nouveau consortium basé sur une nouvelle demande de propositions (DP). Nous croyons que cette proposition est totalement inappropriée et n’a pas été approuvé par la communauté Internet en Afrique, et est seulement en cours d’élaboration pour faire place aux nouveaux venus comme ARC qui n’avait pas auparavant  participer au processus de l’Union africaine (UA) maintenant participer à un nouveau «consortium». Il n’est plus clair, dont les intérêts de la Task force de l’UA est maintenant champion DotAfrica – qu’il s’agisse de l’UA, ou les membres attendus du nouveau Consortium ou l’intérêt des Africains ordinaires ou de leur propre agenda égoïste. DCA appelle donc au rejet complet de l’idée de la formation d’un nouveau consortium comme une manipulation intentionnelle et les interférences qui est mis en place pour donner à la Cabale une occasion de détourner DotAfrica à travers de trouble arrière-salle non africains..

6) DCA condamne donc la pratique contraire à l’éthique qui est ouvertement affichée par les membres de la Force de l’UA DotAfrica, tâches qui sont simplement tenus de fournir des conseils professionnels à l’UA, mais qui ont maintenant confus et subverti leur mandat en l’obtenant eux-mêmes et s’ impliqués dans des négociations privées concernant les personnes qui devraient le demander, ou qui ne devraient pas s’appliquer pour les gTLD DotAfrica., DCA croit que ces «travailler hors prix» pour eux-mêmes et d’évaluer les membres potentiels du consortium crée de places pour la corruption pour faire  prospérer tout, elles s’engagent à saboter les véritables aspirations des candidats potentiels, graves pour  gTLD DotAfrica.

7) DCA reste méfiant des «leaders» de la Task Force sur la Communauté Internet de l’Afrique / UA sur DotAfrica en raison de leur posture contradictoire dans le  passé envers DCA, et le fait que leurs conseils à l’UA continuent à créer un problème – qui a fait DotAfrica très controversée et litigieuses.

8) DCA ne croit pas que les «leaders» de la Task Force par rapport à la  Communauté Internet de l’Afrique / UA sur DotAfrica avoir ses meilleurs intérêts à coeur – en fonction de de leurs résultats passés: le sabotage de son approbation avec l’UA, et avec le Conseil d’entreprise de l’Afrique , et d’autres organisations, et leur soutien ouvert pour des propositions concurrentes à Dotafrica.org, AfTLD, et l’ARC. Par conséquent, le DCA ne croit pas que les membres de l’UA Task Force serait juste et impartial dans tout ce qu’ils viennent.

9) L’UA ne doit être l’endosseur de DotAfrica et ne doit pas être propre / diriger le processus tel que proposé / prescrites par les «leaders» de l’Internet communautaire / UA- task Force africaine d’étude sur DotAfrica. Beaucoup de gens, y compris des représentants importants du gouvernement, ont maintenant ouvertement question de la participation de l’UA au DotAfrica et nous pensons que l’UA ne devrait avoir rien à faire avec DotAfrica si l’initiative est d’avoir une chance raisonnable de réussir. Autres acteurs importants tels que le PDG d’AfriNIC a également rejeté l’implication de l’UA au DotAfrica qui a cité le fait que le succès d’AfriNIC à ce jour est largement attribuable à l’absence d’implication du gouvernement ou inter-gouvernementales dans sa structure et ses affaires.

10) Cependant, si l’UA est intéressée à posséder DotAfrica, et décide de postuler directement pour le nouveau gTLD DotAfrica , alors il ne doit recevoir aucun traitement spécial, mais devrait s’appliquer sur la base des directives de l’ICANN sur les  nouveaux gTLD tel que stipulé dans le guide, et aussi fournir les appuis nécessaires auprès de différents pays africains que les exigences de l’ICANN par habitant, mais pas basé sur les résolutions du Conseil de ministres ou de résolutions des Chefs d’Etats et de Gouvernements. DCA croit que de telles résolutions adoptées au nom de l’absentéisme des ministres africains ou des chefs d’Etats, sans consultation adéquate ou un consensus ne soit pas authentiques et comme tel entièrement représentatif et non démocratique, contribuant ainsi à tromper les opinions publiques africaines et des intervenants.

11) DCA dénonce la comparaison inappropriée de DotAfrica, sur une proposition de nouveaux gTLD, pour DotEU, qui est un ccTLD, et estime que ceux qui font cette comparaison ne soient pas tout simplement en mesure de le faire pour justifier leurs activités illégitimes sur DotAfrica.

12) DCA réitère sa ferme opposition à l’intention d’inclure DotAfrica, DotAfrique et DotAfrikia dans la liste des noms réservés de façon à rendre ces chaînes indisponibles pendant le processus de candidature de nouveaux gTLD. DCA croit que c’est un plan qui rendrait odieux DotAfrica,  indisponibles pour les autres demandeurs simplement basé sur une protection législative spéciale qui permettra de créer une situation anti-concurrentielle et d’injustice. DCA estime en outre que cela est contraire aux stipulations du Guide du demandeur de gTLD et l’ensemble des programmes  de l’ICANN sur les nouveaux gTLD.

13) Le DCA est d’avis que les membres de la Task Force de  l’UA qui ne parlent pas pour la Communauté AfrICANN ne devraient pas prendre de nouvelles décisions sur les questions relatives à qui doit s’appliquer ou ne devrait pas s’appliquer pour les gTLD DotAfrica, ou s’engager dans toute poursuite de discussions au sujet de la création d’un consortium qui serait applicable pour le DotAfrica –  DCA croit un tel processus d’appel d’offres sera illégitime car les membres de l’UA Task Force ont déjà outrepassé leur mandat et se sont constitués maintenant eux-mêmes comme des ” avocats ” pour eux-mêmes soit de faire ou de défaire le processus DotAfrica.

14) Enfin, DCA croit que les membres de la Task Force de l’UA sur DotAfrica ne sont pas sincèrement dévoué à servir les meilleurs intérêts des Africains ou de la Commission de l’Union africaine, puisque au lieu de concevoir des plans pour établir un consortium qui va leur donner le contrôle secret du gTLD DotAfrica, ils devraient plutôt se consacrer du temps et des efforts véritables pour vraiment aider la Commission de l’UA à préparer et à présenter une offre légitime de l’ICANN pour DotAfrica sur la base des directives de nouveaux gTLD.

Par conséquent, puisque beaucoup de gens ne sont pas venus à Dakar et la plupart des délégations ne sont pas venues à la réunion, il y avait une absence claire d’un quorum non négligeable et ce qui est le résultat de la réunion AfrICANN n’est pas représentatif de la volonté et les aspirations de la communauté Internet en Afrique .

Enfin, le DCA demande par le rejet de ces propositions inapplicables qui ont été égoïstement ourdie par la Task Force de l’UA sur DotAfrica pour favoriser un agenda illégitime pour le bénéfice d’une cabale égoïste.

Make your comments or hear what others have to say: click here..