Réponse officielle de la DCA au PROJET DE RÉSOLUTION DE L’ASSEMBLÉE DES EXPERTS ET DES MINISTRES AFRICAINS DE LA TABLE RONDE à Dakar pour le ‘ICANN AFRICAINE ORDRE DU JOUR

Réponse officielle  de la DCA  au PROJET DE RÉSOLUTION DE L’ASSEMBLÉE DES EXPERTS ET DES MINISTRES AFRICAINS DE LA TABLE RONDE à

Dakar pour le ‘ICANN AFRICAINE ORDRE DU JOUR

L’Organisation DotconnectAfrica (DCA) a assisté à la réunion d’experts et la Conférence ministérielle africaine de la Table-ronde qui a eu lieu du 19 au 23 Octobre 2011 à Dakar pour le «Programme Afrique de l’ICANN en tant qu’observateur, et tient à exprimer son avis officiel sur la résolution finale et le projet de la Réunion d’experts et les ministres africains table ronde qui a été convoquée dans le but de discuter et d’adopter la résolution pour un «agenda africain» pour présentation

à l’ICANN 42 Réunion qui aura lieu au Sénégal à partir du 23rd to 28th Octobre 2011.

_______________________________________________________________

1. DCA réaffirme sa position antérieure que le programme de l’agenda de la réunion de nombreux exclus parties prenantes importantes, qui a rendu impossible pour la voix et des vues techniques de nombreuses organisations, dont DCA devrait être entendu lors de la réunion (s). DCA est donc d’avis que cette exclusion délibérée a été pré-déterminé d’une façon orchestrée afin de produire une certaine «ruiner-estampillé« résultat de la réunion.

2. La réunion d’experts était composée d’une coterie certains constituant de divers intérêts, et comme tel assez représentatif, et de façon similaire, la Table ronde ministérielle de l’Afrique pourrait difficilement qualifier comme telle, en l’absence claire de ministres africains . Par conséquent, DCA croit fermement que, compte tenu du fait que les ministres africains n’étaient pas là, et aucun quorum ministériel a été formé, alors aucune résolution pourrait être adoptée et attribuée comme le résultat d’une Conférence ministérielle africaine sur la Table ronde, car une telle résolution ne sera pas légitime si elle est adoptée au nom de l’absence des ministres africains des TIC dans le contexte qu’ils n’ont pas été invités, soit par une note verbale officielle ou tout autre protocole de communication diplomatique officiellement les inviter à assister à une réunion qui a été convoquée en leur nom.

3. Que le projet de résolution qui dit que les noms: DotAfrica, DotAfrique et DotAfrikia devrait être réservée à l’UA devraient être rejetés et non approuvés depuis cela va contre la structure de gouvernance de l’Internet. DotAfrica, DotAfrique et DotAfrikia sont «chaîne similaire» potentiels noms d’un nom de DotAfrica géographique nouveau domaine générique de premier niveau (gTLD), qui ne peut pas être réservé par n’importe quelle organisation, mais ne peut être appliquée pour officiellement à la délégation par le biais du programme mondial de l’ICANN de nouveaux gTLD commence le 12 Janvier 2012. La dernière version (19 Septembre 2011) du Guide du demandeur de l’ICANN – Module 2 – listes des noms déjà réservés en vertu du paragraphe 2.2.1.2 et que la stratégie de l’UA de faire DotAfrica un nom réservé est tout simplement de faire ces chaînes indisponibles et les mettre hors de la portée des candidats éventuels.

Top-Level Reserved Names List

AFRINIC              IANA-SERVERS                 NRO

ALAC                     ICANN                                  RFC-EDITOR

APNIC                   ESG                                       RIPE

ARIN                      IETF                                      ROOT-SERVERS

ASO                        INTERNIC                           RSSAC

CCNSO                  INVALID                              SSAC

EXAMPLE*         IRTF                                      TEST*

GAC                       ISTF                                       TLD

4. DCA invite par la présente à tous les intervenants et en particulier l’ICANN de ne pas accepter ce type d’imposition et de fortement résister, et ne pas soutenir tout mouvement par l’Union africaine pour mettre DotAfrica (ou chaînes de nom similaire) sous la liste des noms réservés.
5. Que si l’UA insiste sur le contrôle, la possession et la conduite du processus d’DotAfrica  en utilisant son influence politique pour obtenir le contrôle officiel de ce nouveau gTLD, l’UA devrait être traitée comme tout autre demandeur éventuel qui doit également se conformer aux candidats de l’ICANN le Guide et ne doit pas être donné un traitement préférentiel au détriment des autres candidats.
6. Cet engagement de l’UA à l’échelle mondiale a accepté le modèle multipartite de gouvernance de l’Internet devrait maintenant être sérieusement remise en question à la lumière de sa poussée d’utiliser son influence politique et “muscle” pour prendre le contrôle du nouveau gTLD DotAfrica.
7. Cette implication de l’UA dans DotAfrica est déjà l’envoi d’un message erroné à de nombreux intervenants et est maintenant considérée comme une ingérence inutile perturbateurs, même par l’ICANN et d’autres observateurs et observateurs intéressés.
8. Que la Réunion d’experts et le ‘Afrique Table ronde ministérielle “doit; ne pas adopter une résolution qui donne officiel ou quasi-souveraineté sur DotAfrica à l’UA depuis l’UA n’a pas été en mesure de démontrer la transparence, de responsabilité et de compétence dans le processus de DotAfrica.
9. C’est l’exemple du domaine DotEU premier niveau (TLD) qui a été utilisé pour justifier l’implication de l’UA est inapproprié et sans rapport avec la question, puisque DotEU est tout simplement un 2-code code pays domaine de premier niveau (ccTLD), et pas le même que DotEurope qui est un domaine géographique. Il est regrettable que ce pourrait avoir été un TLD DotAU est semblable à du code du pays pour l’Australie (UA), mais cela ne justifie pas besoin de l’UA pour la nouvelle voulant DotAfrica TLD générique.
10. C’est l’application prospective de l’UA pour DotAfirca sera largement échoué parce que le UA est mal adapté à exécuter et exploiter un nouveau gTLD tels DotAfrica – soit en tant que commanditaire ou d’un registre, puisque l’UA est un bureaucratiques organisation inter-gouvernementale et non une entreprise agile organisation qui peut fonctionner avec succès un mondial de domaine génériques de premier niveau.
11. La participation de l’UA au DotAfrica sera interprété comme étouffer la concurrence et ne sera pas considéré comme ajoutant une valeur au programme de l’ICANN de nouveaux gTLD, et son application pour DotAfrica ne sera pas évaluée favorablement à la lumière des attentes qui ont été scrupuleusement stipulé dans l’ICANN Les candidats «Guide.
12. DCA croit également que la position adoptée au sujet d’une organisation basée en Afrique vise à exclure les Africains d’avoir une solution de registre de classe mondiale qui résulterait de la concurrence internationale sans entrave et équitable, et a été délibérément incluses pour promouvoir un résultat qui sera favorable à certains acquis intérêts, et que cette position doit être rejetée et ne pas soutenu, ni approuvé par personne.
13. DCA réitère ici son blâme pour la force de l’UA pour leur travail DotAfrica mauvais conseils et des propositions de l’UA à vouloir diriger et s’approprier le processus DotAfrica, ce qui trompeuse de l’UA dans un chemin sombre et tortueux d’interférer dans le processus de DotAfrica basée sur un schéma impossible , puisque l’UA ne devait approuver le projet, mais non d’y participer, et le Groupe de travail de l’UA DotAfrica devrait maintenant être tenue responsable et dissous pour leur manque de compétence technique et les problèmes qu’ils ont créé eux-mêmes et pour tous le DotAfrica.
14. Que les nouveaux gTLD de l’ICANN processus ne sera pas accepter toutes les résolutions du Conseil de ministres ou d’un table ronde ministérielle, qu’elle soit représentative ou non représentative, puisque ces résolutions douteuses ne sont pas considérés comme les visas, mais que si l’UA décide de demander DotAfrica sur la base des Guide du demandeur de l’ICANN, alors il doit bien produire les avenants nécessaires de la manière appropriée, mais ne devrait pas utiliser son influence politique et d’influence pour prendre le contrôle du processus de DotAfrica ce qui n’est pas propre comme un droit légitime et souverain.
15. C’est une application à base communautaire pour DotAfrica par l’UA ne sera pas satisfaire aux exigences rigoureuses du Guide du demandeur de l’ICANN depuis DotAfrica est un gTLD géographique qui n’est pas représentatif de toute la communauté.
16. Par conséquent, la DCA reste très convaincu que la demande de l’UA pour DotAfrica ne sera pas réussie et qu’aucun soutien moral, officiels ou d’encouragement devrait être donnée à quelque chose qui sera un effort futile qui a déjà l’échec écrit sur elle.

Faire vos commentaires ou entendre ce que les autres ont à dire:… cliquez ici…

Posted in News.

Leave a Reply